Selon CARE France, une femme a ses règles en moyenne entre 2 555 et 3 000 jours dans sa vie, soit plus de 8 ans au total ! Les menstruations sont physiologiques cycliques. Elles concernent toutes les femmes dès leur ménarche jusqu’à leur ménopause. Chaque mois, pendant en moyenne cinq (05) jours, les femmes ont leurs menstruations. Mais pour beaucoup d’entre elles, cela représente des moments de grand stress. Entre l’absence de toilettes appropriées et/ou le coût élevé des protections hygiéniques et/ou le sentiment de honte, etc., nombreuses sont ces filles et femmes qui n’osent pas parler de leurs difficultés en période menstruelle. Les menstruations et l’hygiène menstruelle restent un sujet tabou.


L’un des points forts lors de la menstruation est l’hygiène. 

28 mai: Journée Mondiale de l’Hygiène Menstruelle

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) définissent les « bonnes pratiques de l’hygiène menstruelle » comme suit : « Les femmes et adolescentes utilisent un matériel propre pour prendre en charge leurs menstruations, absorbant ou collectant le sang, pouvant être changé dans un endroit privé, aussi souvent que nécessaire durant la période de menstruation. Elles utilisent du savon et de l’eau afin de se laver corporellement, selon leurs besoins, et ont accès à des installations afin de jeter leurs protections hygiéniques menstruelles usagées ». Mais selon l’Observatoire Mondial de la Santé, cette définition est réductrice. Elle ne fait pas transparaître l’importance de l’environnement social, l’existence de traditions discriminantes et les politiques de santé.
Selon l’UNICEF, une fille sur dix s’absente de l’école à cause des menstruations. Dans le monde professionnel, les femmes s’absentent également pour les mêmes raisons. Elles préfèrent cacher leurs menstruations plutôt que d’en parler. Les menstruations représentent un frein pour la scolarisation.


Mon expérience avec les menstruations

  1. Quand j’étais à l’Université de Parakou, je détestais la période des menstruations. Au sein de l’université, il n’y avait pas de toilettes avec de l’eau pour se nettoyer et changer sa couche. Tu devais soit rentrer chez toi et rater une partie du cours, soit aller chez des amis.es ayant leur domicile à côté de l’université (si tu n’étais pas honteuse), ou carrément faire le choix d’être absente les deux premiers jours où le flux était important. Je ne sais d’ailleurs pas si la situation des toilettes pour femme à évoluer à l’université.
  2. Quand j’allais en mission de travail dans plusieurs communes, j’étais stressée à l’idée d’avoir mes menstruations pendant cette période. Je l’étais parce que je me posais de question sur l’accès aux toilettes propres et à de l’eau pour l’hygiène menstruelle.
  3. À Parakou, à l’École Primaire Publique de Kpassagambou, il n’y a pas de point d’eau. Alors qu’il y a des filles qui ont leurs menstruations. Elles sont obligées de rentrer à la maison ou de s’absenter et manquer les classes.

Menstruations = Défis + difficultés

Défis de l’hygiène menstruelle

En période de menstruation, les femmes font face à beaucoup de défi et de difficultés. Les protections hygiéniques coûtent chères et ne sont pas accessibles à toutes. Les infrastructures sanitaires en place dans les écoles, marchés, parc de bus, universités, services, hôpitaux, etc., ne sont pas toujours adaptées et sont parfois quasi-inexistantes. Elles n’ont pas accès à la bonne information sur leurs menstruations. L’environnement social stigmatise les menstruations et ne permet pas d’en parler ouvertement. Ce qui pousse beaucoup de femmes à cacher les difficultés auxquelles elles font face. Elles choisissent très souvent l’absentéisme quand la gestion de l’hygiène menstruelle est contraignante.

La gestion de l’hygiène menstruelle concerne tout le monde, homme comme femme. Le développement prôné ne pourra être atteint sans la prise en compte de l’hygiène menstruelle comme thématique transversale.

Comment soutenir l’hygiène menstruelle?

À nos dirigeants, nous plaidons afin que :

  • des toilettes de femmes propres avec accès d’eau et séparées des toilettes des hommes soient installées dans chaque école, marchés, lieux de formations, services, etc. jusqu’à ce que nous ayons une couverture nationale.
  • les protections hygiéniques soient subventionnées et disponibles partout pour garantir l’accès équitable à toutes les femmes.
  • À la communauté, arrêtez de stigmatiser les menstruations, accompagnez les femmes en vous informant et en partageant la bonne information, en posant des comportements respectueux et non-choquants.

https://www.carefrance.org/actualite/communique-presse-news/2019-01-22,regles-femmes-tabou.htm

https://menstrualhygieneday.org/wp-content/uploads/2018/04/Observatoire-sant%c3%a9-f%c3%a9vrier-2018.pdf

https://www.unfpa.org/fr/events/journ%C3%A9e-mondiale-de-lhygi%C3%A8ne-menstruelle

2 pensées sur “Avoir ses menstruations ne devrait pas être un frein au développement”

  1. Merci pour vos conseils
    Nous devons aider les femmes comme nous qui n’ont pas l’information afin qu’elles puissent adopter une bonne hygiène pendant cette période

  2. Félicitations pour l’article.
    Courage à toutes et que les hommes accompagnent davantage les filles et femmes à passer ces moments qui ne devraient pas stresser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *